Pointillisme

La loi du contraste simultané des couleurs a été énoncé en 1839 par le chimiste Eugène Chevreul dans un ouvrage intitulé De la loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés, où il analyse la lumière et la couleur. À l'usage du peintre, on retiendra le ton local : la couleur propre d'un objet. Ce ton local, selon Chevreul, n'existe pas en soi, mais il est dépendant de la couleur des objets environnants. Ainsi toute couleur perçue appelle sa complémentaire pour exister. L'œil a tendance à appeler la couleur manquante, la complémentaire pour former un équilibre neutre dans notre cerveau.

D'autre part, à partir de deux taches de couleurs différentes, l'œil opère ce que l'on appelle un mélange optique, c'est-à-dire que ces deux couleurs (ou plus), distinctes sont perçues simultanément comme une combinaison, une fusion en une nouvelle couleur.

 

 

 Si on veut obtenir une nuance de ce vert selon notre désir nous allons augmenter le nombre de point jaune pour un vert clair et faire le contraire pour du vert foncer.

Cette technique grâce à l'éloignement de la personne  va permettre de voir les couleurs et selon l'éloignement nous allons plus voir les points. Cette vision est liée aux synthèse additive et soustractive.

Cette techniques de point juxtaposée est utlisée dans les procédés de reproduction photométriques comme la sériegraphie et  l'imprimerie.

 

 

 

Nous avons essayé de réaliser nous même avec photophiltre cette expérience  mais les points sont trop gros .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site